Phylogénie : caractère dérivé et ancestrale.

Aller en bas

Phylogénie : caractère dérivé et ancestrale.

Message par DavidLord le Mer 27 Oct - 1:04

Bonsoir,

J'ai un petit soucis de compréhension concernant mon cours de SVT Terminale S au niveau de la "relation phylogénétique des espèces".
Voici mes soucis :

Je ne sais pas faire la différence entre les noeuds (divergence des lignées) et les entre-noeuds (parenté de lignées) pour situer correctement l'innovation et l'ancêtre communs.
Je ne sais pas expliquer le principe de l'ancêtre commun hypothétique + ou - récent selon nombre de caractères dérivés(ou ancestraux) ainsi que la définition d'état ancestral/dérivé d'un caractère.

Si vous souhaitez m'expliquer sur ce devoir :


Si vous souhaitez avoir mon devoir avec sa correction (CNED) je peux vous l'envoyer par MP.
Merci d'avance.

DavidLord

Messages : 1
Date d'inscription : 27/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Phylogénie : caractère dérivé et ancestrale.

Message par Admin le Dim 31 Oct - 17:23

1. Un arbre phylogénétique est une figure qui permet de représenter les relations de parenté entre des êtres vivants ou fossiles. Une branche apparaît lorsqu’il y a apparition d’une nouveauté évolutive, et un nœud correspond au groupe (à la population) des derniers ancêtres communs à partir desquels apparaissent la population présentant la nouveauté évolutive et la population qui ne possède pas cette nouveauté. Ces ancêtres communs sont inconnus, et c’est pourquoi on ne place pas les fossiles sur les nœuds. C’est logique, puisque nous n’avons retrouvé qu’une infime partie des espèces ayant un jour vécu sur Terre. Trouver un ancêtre commun est donc statistiquement presque impossible. C’est pourquoi un arbre phylogénétique reste une construction un peu théorique, mais proche de la réalité.

Au niveau d’un nœud, il se passe une divergence dans une population : une partie n’acquiert pas une certaine nouveauté évolutive, et cette population est donc placée sur une nouvelle branche. C’est le cas du saumon : ce n’est pas un tétrapode et ses embryons ne sont pas protégés par un amnios. Le reste de la population reste sur le rameau principal et acquiert une ou plusieurs nouveautés évolutives. Nous sommes alors dans un entre-nœud. Car au bout d’un certain moment, cette population va à nouveau subir une division, et un nouveau nœud va apparaître. Dans le cas de ton exercice, la branche menant aux tortues va apparaître, car ces animaux n’ont pas de poils et n’allaitent pas leurs petits. Le dernier nœud (séparation entre les hommes et les chauves souris) ne peut s’expliquer par le tableau, puisqu’ils ont tous les caractères en commun. On peut quand même citer la bipédie permanente, qui est une particularité propre à l’homme par rapport à la chauve souris.


2. Un caractère peut présenter plusieurs états. L’état le plus ancien est l’état ancestral, et les autres états sont appelés états dérivés (ou évolués). Par exemple, pour les doigts, l’état ancestral est « absent », l’état dérivé est « présent ». Dans ton exercice, le caractère tétrapode a lui aussi l’état ancestral « absent » (poissons) et l’état dérivé « présent » (autres animaux). Les êtres vivants qui possèdent un caractère dans son état évolué ont un ancêtre commun et ont donc une parenté évolutive plus forte entre eux qu’avec les êtres vivants qui ont ce caractère dans son état ancestral.
study
avatar
Admin
Admin

Messages : 1114
Date d'inscription : 31/10/2007
Localisation : colomiers

http://forumsvt.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum